Henri Poincaré

 

« Douter de tout ou croire en tout sont deux solutions également commodes, qui l’une et l’autre nous dispensent de réfléchir. »

Via GMO Pundit

 

4 réflexions au sujet de « Henri Poincaré »

  1. cdc

    « La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n’est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d’être. »
    Voilà aussi du beau Poincaré qui figurait au fronton de mon Unversité (l’ULB, Université Libre de Bruxelles, fondée par de bons Francs-macs par Théodore Verhaegen en opposition à l’Université catholique de Louvain), un désir qui m’inspire toujours.
    Et bien sûr, en ’68, qu’est-ce qu’on n’a pas entendu les critiques hurler, siffler ! « Aux faits eux-mêmes », quelle horreur ! « Les faits » sont que la classe ouvrière est dominée !
    Une telle crétinerie ne mérite plus même un sourire, mais pour sauver mon âme, je dois dire que malgré mon engagement politique à l’époque je n’ai jamais pu l’avaler… Lysenko et le reste, et même Brachet qui enseignait à l’époque…

    Répondre
  2. boblesilencieux Auteur de l’article

    J’ai découvert l’excellente devise de l’ULB (principe de libre examen si je me rappelle bien) sur votre blog. Ça nous change des devises d’universités en latin faisant référence à la religion.

    Je ne savais pas que l’ULB avait été fondée en opposition à l’UCL. Ça ne m’étonne donc pas que De Schutter, le juriste VRP de l’agroécologie à l’ONU, soit prof à l’ULC et non à l’ULB. Ce dernier à bien du mal à se plier aux faits.

    Les événements de 68 je ne les connais qu’à travers mes cours d’histoire au lycée. Quant aux errements de la science agronomique russe, je dois mon salut à un excellent prof d’histoire des sciences qui avait travaillé sur le sujet. Merci à lui.

    Vous évoquez Brachet (que je ne connais pas). Sa fiche Wikipédia est élogieuse. En quoi se rapprocherait-il de Lyssenko ou du mouvement de mai 68 ?

    Répondre
    1. cdc

      Mais il faut entendre De Schutter, pas lire les résumés qu’en font les journalistes, et là il est bien plus modeste (je l’ai entendu il y a deux jours à la RTBF, voir aussi http://imposteurs.over-blog.com/article-de-schutter-l-agroecologie-et-l-imposture-politique-et-mediatique-par-wackes-seppi-80320617.html et un petit billet assez ancien : http://revereveille.over-blog.com/article-26443728.html
      Pour ce qui est de Brachet, grand bonhomme certes, mais qui a eu la faiblesse – comme tant d’autres intellectuels – d’adhérer au PCB et même, si j’ai bonne mémoire, d’avoir été au CC. Nobody’s perfect…

      Répondre
      1. boblesilencieux Auteur de l’article

        Modeste dans ses conclusions mais moins dans le rapport comme l’explique le billet d’Imposteurs.

        J’ai du mal à voir en quoi un juriste (aussi bon soit-il) a l’expertise nécessaire pour juger de méthodes agronomiques.

        Et je cite le résumé du rapport: «S’appuyant sur un examen approfondi des publications scientifiques qui ont vu le jour au cours des cinq dernières années, le Rapporteur spécial présente l’agroécologie comme un mode de développement agricole »

        Tant qu’à faire on pourrait prendre un ingénieur de la FAO et lui demander un rapport sur la Cour Internationale de Justice. Ou bien demander à Jean Ziegler d’expertiser les recommandations techniques de l’OMS en matière de trithérapie ou de virologie.

        C’est le monde à l’envers. :(

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s